Avez-vous entendu parler de la grille managériale de Blake et Mouton ? Si ce n’est pas le cas, poursuivez votre lecture de cet article. Vous aurez une vision complète de ce concept important en matière de management. En effet, il s’agit d’une cartographie représentant les différents styles de management pouvant exister dans une entreprise. En tant que manager, elle vous est nécessaire pour la bonne définition des modes de management caractéristiques au sein de votre organisation. Une fois cette grille bien assimilée, vous pourrez faire le bon choix de style managérial que vous devez adopter.

Je vous présente ici un guide complet sur cet outil de management. En quoi consiste la grille managériale de Blake et Mouton ? Quel principe ? Quels sont les 5 styles de management de la grille managériale ? Ou encore quels sont les bienfaits et les inconvénients de cette grille ?

Abordons donc tout d’abord la définition de cette grille managériale.

En quoi consiste la grille managériale de Blake et Mouton?

 

Grille de Blake et Mouton: définition

 

La grille managériale de Blake et Mouton est un outil qui met en relief 5 différents styles de management. Il s’agit d’une cartographie basée sur deux axes:

  • Le souci du management pour la rentabilité
  • Son intérêt pour le facteur humain

Cette grille managériale a été développée par deux théoriciens en management et docteurs en psychologie, Robert Blake et Jane Mouton.

La grille managériale de Blake et Mouton

Grille de Blake et Mouton: principe

 

Le principe de la grille de Blake et Mouton est simple: il définit les styles de management selon deux axes. D’une part, l’axe des abscisses présente l’intérêt du management pour la rentabilité.Autrement dit, si l’entreprise cherche à accroître son CA et ses revenus et donc à réduire ses coûts. D’autre part, l’axe des ordonnées qui fait plutôt référence à l’intérêt mis sur le management humain. L’entreprise se concentre donc ici sur les conditions de travail et le bien-être de ses employés.

Selon le degré d’intérêt de l’entreprise porté à travers ces deux axes, son style de management majeur diffère. Blake et Mouton se sont donc intéressés à découper cette matrice managériale en 9 valeurs pour chaque axe. Dès lors, la combinaison des deux facteurs a ainsi fait apparaître 5 majeurs styles de management.

 

Quels sont les 5 styles de management de la grille managériale ?

 

Maintenant que vous avez pris conscience de ce qu’est la grille managériale Blake et Mouton, vous vous demandez désormais quel est votre style de management dominant.

Dans ce qui suit, je vous décris les 5 styles majeurs de management de la grille. C’est parti !

 

Style laxiste ou laisser faire

 

Le premier style de management que définit cette grille managériale est le style laxiste. Il se caractérise par un faible intérêt à la fois pour les résultats de l’entreprise et le bien-être des employés.

D’ailleurs, il s’agit ici d’un manager “laisser faire” ayant comme seule préoccupation la préservation de son poste au sein de l’entreprise. Pour ce faire, il se contente d’éviter à tout prix les conflits et les situations de crise. De plus, il n’assume pas ses responsabilités et essaye de s’en sortir sans engagement lors des confrontations avec ou entre collaborateurs.

Le management laxiste présente plusieurs inconvénients dans le sens où il est susceptible de créer des dysfonctionnements organisationnels de l’entreprise. De même, il peut susciter la contestation de plusieurs employés, non satisfaits des conditions de travail et ainsi la “perte” de plusieurs talents, qu’ils soient inutilisés ou enclins à quitter l’entreprise.

 

Style participatif ou social

 

La grille managériale de Blake et Mouton introduit également le style participative, caractérisé par un management paternaliste. Ce style porte un intérêt avant tout à l’être humain.

Ce manager qualifié de “social” se trouve à l’écoute de ses collaborateurs et entretient des relations solides avec eux. Leurs besoins et attentes sont donc au centre de ses préoccupations. Ainsi, le style participatif met en avant les conditions de travail et le bien-être des employés par rapport à la rentabilité de l’entreprise.

Bien que ce style de management soit bénéfique pour l’entreprise (dans le sens où il garantit l’épanouissement des employés et leur satisfaction au travail), les résultats financiers, le socle de la pérennité à long-terme de l’entreprise, sont en revanche négligés au second plan.

 

Style autoritaire

 

La grille managériale de Blake et Mouton fait référence également à un style autoritaire, parfois appelé dictatorial. A l’inverse du style participatif, ce dernier est centré essentiellement sur la tâche.

Le manager autoritaire se préoccupe primordialement de l’atteinte des objectifs fixés au préalable, de la manière la plus optimale possible. D’ailleurs, les employés sont considérés avant tout comme des ressources stratégiques à déployer “efficacement” pour bien fixer les buts finaux. L’être humain passe donc “après” les résultats financiers et le manager exerce un fort contrôle sur les employés.

La limite majeure du style autoritaire est qu’il peut tuer la performance et la créativité des employés. A force d’être trop contrôlés, ces derniers sont moins motivés à réaliser leurs tâches d’une manière performante.

Style intermédiaire

 

Au milieu de la grille de Blake et Mouton figure le style intermédiaire. Nommé aussi management “politique”, celui-ci se considère comme le juste équilibre entre le style autoritaire et le style participatif. Il s’agit d’un compromis entre le souci total de la rentabilité et la prise en compte du bien-être primordiale des employés.

Le manager se concentre donc sur les résultats financiers sans pour autant oublier de mettre en place des conditions de travail favorables à l’épanouissement des collaborateurs.

La limite ultime du style intermédiaire est qu’en général les résultats financiers sont moyens. En effet, la conciliation fait que ni la rentabilité ni la satisfaction des employés sont à leur seuil optimal.

 

Style démocratique ou intégrateur

 

Le dernier style de management présent dans la grille managériale de Blake et Mouton et ce qu’on appelle le style démocratique ou intégrateur. Il se concentre sur l’optimisation des compétences humaines afin de mieux réaliser les objectifs partagés par tout le monde dans l’entreprise. Le management intégrateur stimule l’intelligence collective et procure une meilleure gestion des conflits. Toutefois, ce style est difficile à appliquer dans les grands groupes et s’applique davantage dans les organisations à taille humaine.

Découvrez aussi sur notre blog:

 

Grille managériale: bienfaits et limites

 

La grille managériale de Blake et Mouton apporte plusieurs bienfaits d’organisation et de déploiement à l’entreprise. D’une part, elle aide le manager à déterminer le style de management dominant. D’autre part, cette grille permet de modifier ce mode en l’adaptant au mieux au contexte actuel et aux spécificités de l’entreprise.

Cependant, comme tout outil, cette grille managériale présente des limites. En effet, elle tient compte uniquement de deux facteurs pour la classification des modes de management. Or, d’autres points doivent intervenir pour une cartographie plus pertinente et davantage circonstanciée à la complexité plurielle des entreprises, à savoir notamment les compétences du manager et le contexte de l’entreprise.

Cliquez sur une étoile pour la noter!

Note moyenne 4.3 / 5. Nombre de votes: 19

Aucun vote pour l'instant! Soyez le premier à noter ce message.

Articles Similaires
Tout savoir sur l’agenda partagé
Tout savoir sur l’agenda partagé par Mohamed-Ali Bouharb

Gérer votre temps et celui de votre équipe s’avère un point crucial pour le bon déroulement de l’activité de votre Lire plus

Méthode Disc: comment fonctionne t-elle ?
Outil Disc pour management - par Mohamed-Ali Bouharb - Vision Stratégique

Si vous désirez connaître votre trait de personnalité de manager ou celui de vos collaborateurs, la méthode Disc s’avère un Lire plus

Matrice d’Eisenhower: comment gérer ses priorités ?
Matrice d'Eisenhower: comment gérer ses priorités - par Mohamed-Ali Bouharb - Vision Stratégique

En tant que manager, vous souhaitez devenir plus productif dans votre travail ? La matrice d’Eisenhower est un outil simple Lire plus

Matrice BCG: pourquoi et comment ?
Matrice BCG: pourquoi et comment - par Mohamed-Ali Bouharb - Vision Stratégique

L’allocation optimale des ressources d’une entreprise est la clé de sa réussite. Pour ce faire, la matrice BCG est un Lire plus